Le petit semeur (2)

Ce n’était pas le sacarabée à 6 pattes que j’avais l’habitude de voir passer dans le jardin ou dans les livres de zoologie. Lui en avait des dizaines, voir même des centaines. Et il n’était pas seul. Toute une armée d’autres scarabées se dressait derrière lui. Prêt à charger si on le leur demandait. Il m’était dès lors difficile de faire marche arrière. J’aurais pu retourner illico d’où je venais. Mais j’avais beau lever le regard vers l’endroit d’où j’étais arrivé, je ne parvenais plus à le distinguer parfaitement. Seul un minuscule trait de lumière déchirait le plafond. Dès lors, pour le bien de tous et surtout pour le miens, je me dit qu’il ne me restait plus qu’à entamer un dialogue. Mais peut-on sincèrement parler avec un scarabé. Au point où j’en étais, je décidai de m’y risquer. « Bonjour…euh… Monsieur le scarabé…euh ». Ses antennes se soulevèrent. Tout son corps se redressa et un frisson me parcoura le corps. Alors que je m’attendais à ce qu’il me fonce dessus, une toute petite voix sorti de sa carapace dorée. « Bonjour Oscar er bienvenu aux pays des scarabés ». Comment cela pouvait-il être possible. Il connaissait mon nom. Je ne l’avais jamais vu lui ou peut-être mes grands pieds s’étaient-ils posés un jour à côté de ses minuscules pattes. « Euh… merci… euh… Monsieur ». « Pas de monsieur ici, Oscar, nous ne sommes pas là pour te faire du mal mais pour te délivrer un message. Si tu es venu à nous, ce n’est pas pour rien ». Ca alors, en plus ma venue était pressentie. Je n’en reviens pas. Je lui demandai quel était ce message qui semblait pour lui si important à me donner. « Patience », me répondit-il, « tu le sauras bien assez tôt. En attendant, suis moi, je vais te faire visiter notre communauté ». Me voilà donc à suivre les pas d’un scarabé, moi qui encore ce matin m’était réveillé dans mon lit douillet, je me retrouvais au plus profond de la terre sans possibilité aucune de remonter à la surface. « Tu vois Oscar, ici, chacun a sa tâche. Certains travaillent nuit et jour pour permettre à la communauté de se développer. D’autres la protègent aussi nuit et jour pour empêcher d’autres insectes de venir la piller ». Soudain, mon regard se posa sur le centre de ce qui devait s’apparenter la place d’un village. Là se dressait une statue d’un scarabé bien sûr. Entre ses pinces, il semblait tenir une pierre. Une pierre précieuse. Elle était multicolore et brillait tellement fort qu’il m’était dificile de focaliser longtemps mon attention dessus. « Quelle est cette pierre ? », demandai-je à mon guide d’un jour. « Ah Oscar, nous savions que tu avais le coeur pur mais là tu dépasses tous nos espoirs. Tu vois cette pierre est la gardienne de la communauté. Sans elle, nous ne pourrions vivre. Car elle nous fourni toute l’énergie dont nous avons besoin pour survivre. Mais ce n’est pas tout. Elle a aussi la particularité de regrouper en elle toutes les mémoires de nos ancêtres. Tout ce qu’ils ont fait, dit ou pensé est confiné en elle. Il s’agit de secrets que même vous les hommes ne connaissez que partiellement. Si vous parveniez à mettre la main dessus, cela pourrait complètement changer votre vie ». Changer notre vie. Pourquoi notre vie aurait-elle besoin d’être modifiée à ce point. Je suis très heureux moi. J’ai ma famille, mes amis, mes jouets. Qu’y aurait-il de si important à percer les secrets de cette pierre

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s