Le petit garçon et la pluie

Au pays de la pluie, il pleut tout le temps. Jamais cela ne s’arrête. Toute la journée, les gouttes tombent et tombent encore et encore. Personne ne sort de chez lui. Tous se calfeutrent bien au chaud sous une couverture moltonneuse. Et le soleil, vous me direz. Où est-il passé celui-là. Personne ne le sait. Il a disparu comme ça d’un coup, du jour au lendemain. Sans laisser de trace, ni d’adresse. Et depuis, on ne l’a plus revu. Un jour comme tous les autres jours alors que la pluie ne cesse de se fracasser sur les toitures des maison, un petit garçon du nom de Thomas décide d’aller récupérer le soleil. Personne n’ose sortir, se dit-il. Moi, je vais le faire car je ne peux plus supporter cette pluie qui ne cesse de tomber. Il enfile son manteau. Prend son parapluie et alors qu’il s’apprête à tourner la poignée de la porte, entend un effroyable coup de tonnerre. En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, il retourne illico presto dans sa maison pour se cacher sous la table. Mais comme notre petit homme est courageux et qu’il lui en faut plus pour lui faire peur, il décide de retenter l’expérience. Doucement, le voilà qu’il sort de sa cachette. Avançant précautionneusement vers la porte. Tournant délicatement la poignée. « Baaaaaam !!!! », un autre buit sourd se fait entendre. La porte est refermée d’un coup comme si une bourrasque de vent s’était infiltrée à l’intérieur de la maison. Mais ce qui a changé par rapport à la dernière fois, c’est que lui n’a pas bougé. Certes, il demeure figé comme une statue mais il n’a pas pris la fuite. Il décide alors d’utiliser une vieille technique dont sa grand mère lui parle souvent. Celle de la respiration. Il s’assit surune chaise. Ferme les yeux et se concentre sur sa respiration. En quelques secondes pas plus, il ressent une délicieuse chaleur l’envahir. Oublié le coup de tonnerre. Oublié le grondement. Il se sent en paix avec lui même, prêt à affronter le monde. Et surtout la pluie. Soudain, il entend comme une petite voix l’intimant de se lever et enfin de franchir cette porte. Mais cette fois-ci, afin de ne pas renouveler la mauvaise expérience de tout à l’heure, il décide de s’y prendre d’une autre manière. Il a désormais compris qu’en demeurant focaliser sur sa respiration, les choses se passent bien mieux. Ainsi, sur le rythme de va et vient de sa respiration, il franchit la porte et se retrouve dehors là où il y a encore quelques instants il n’osait s’aventurer. Bizarrement, quelque chose avait changé. La pluie n’était plus là. Le soleil avait pris sa place. Comment cela était-il possible. Y’a pas longtemps, se dit-il, la pluie était encore présente. Je l’entendais. Je la voyais tomber. Et là, subitement, plus rien. Un miracle, crie-t-il. Oui, un miracle mais personne ne l’entend vu qu’il est seul sans personne aux alentours. Personne sauf quelques moineaux qui piaillent comme si de rien n’était. Comme si le soleil avait toujours été présent. Il les fixe du regard, s’amusant de les voir se chamailler. La vie lui avait appris une belle leçon. C’est que derrière une porte, peut parfois se dissimuler de belles surprises.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s