J’ai vu

J’ai vu,

Que les mots,

Ne pouvaient m’apporter,

Qu’une parcelle de vérité.

 

J’ai vu que la terre,

Sans moi,

Sans nous,

Ne s’arrêterait jamais de tourner.

 

J’ai vu,

Que la pensée,

Aussi noble soit-elle,

Etait un piège et me paralysait les ailes.

 

J’ai vu,

Que tout ce que je pouvais voir,

Se trouvait présent,

Naissant et mourant en cet instant.

 

J’ai vu,

Que le bonheur que je cherchais,

Avait l’odeur d’une friandise,

Et que j’avais le droit d’étaler ma gourmandise.

 

J’ai vu,

Qu’en demeurant attentif,

Qu’en restant connecté à la vie,

Disparaissaient désirs et envies.

 

J’ai vu,

Que c’est moi l’acteur,

Celui créée,

joie et pleures.

 

J’ai vu que la grandeur de cet existence,

N’était pas toujours là où on le pense,

Qu’une fois sorti de sa torpeur,

Pouvait nâitre une nouvelle ardeur.

 

J’ai vu,

Que si la vie pouvait me semble injuste,

Je pouvais le corriger,

Sans pour autant tout oublier.

 

J’ai vu,

Qu’au firmament de la nuit,

Naissaient et mourraient des étoiles,

Mais que ne disparaissait jamais leur lumière.

 

J’ai vu que tout était possible,

A qui voulait bien se connecté,

A son for intérieur,

A l’existence dans son entièreté.

 

J’ai vu,

Que rien n’était important,

Excepté la beauté de cet instant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s