Paroles, paroles…

Cette question,

Ils l’ont posé,

Depuis des éons insensés,

Ils se la sont posés,

Et continuent encore à chercher.

La réponse unique,

La simplicité véridique,

Celle qui les fera peut-être avancé,

Celle qui les fera enfin s’envoler.

Chaque y est allé,

Chacun s’est exprimé,

Mais jamais personne n’est satisfait,

Seuls quelques uns ont à ce jour trouvé la paix.

Alors moi je pourrais te donner,

Une formule déjà toute étudiée,

Mais si tu ne possèdes pas les ingrédients,

Tu risques de finir comme un mendiant,

Tu continueras à quémander,

A toujours plus espérer.

Tout ce que je peux te suggérer,

C’est simplement t’écouter,

T’unir à ton coeur,

De ta vie en être enfin l’acteur,

Il n’y a pas meilleur endroit,

Pour ne pas se tromper dans ses choix,

Tout ce qui te sera offert,

Tu n’en sortiras jamais plus amer.

Car cette voix que souvent tu oublies d’écouter,

Est présente même si tu penses qu’elle a pu s’éloigner,

Elle attend qu’enfin tu redresses la tête,

Pour être toi aussi avec tous les êtres à la fête.

Sache que si tu décides de lui faire confiance,

Jamais plus tu ne seras dans la méfiance,

Car à elle à jamais tu peux te fier,

Elle n’a comme but que de simplement t’aider,

A t’aimer,

A te pardonner,

A te retrouver.

Publicités

Parcours

Le voilà,

Il est né,

 

Il regarde le monde,

Et il n’en dit rien,

Ce n’est pas le sien.

 

Il grandit,

Se regarde,

Et se dit,

Tiens j’existe.

 

D’un air triste,

Il se compare,

Il accapare,

Il s’accapare

Pourquoi je suis,

Pourquoi je ne suis pas,

 

Et puis il obtient,

Ou il n’obtient pas,

Il s’en veut,

Il en veut,

Il faut que je sois mieux,

Je suis moins bien que lui.

 

Il s’est marié,

Il a divorcé,

Il a échoué,

Comment va-t-il faire pour remonter.

 

Il cherche,

Des moyens,

Des idées,

Des conseils.

 

Il lit,

Il écoute,

Il se noie,

Au milieu de ce fourtout.

 

Il est désespéré,

Il a peur de sombrer,

Il tombe,

Il n’en peut plus.

 

Et puis,

Un jour…

 

Alors qu’il n’espère plus,

 

Il est seul,

Face à ses peurs,

 

Face à…

Cette fleur,

Il la regarde,

Toute pensée a disparu,

Il a compris,

Il sourit,

Il s’en est sorti.

Je pourrais…

Je pourrais

Crier d’amour,

A qui veut bien le l’entendre,

Que la vie est belle,

Qu’il n’y a rien à en attendre,

 

Je pourrais

Interpeller tous les humains,

Leur prendre la main,

Leur faire parcourir un chemin,

Qui les emmènerait vers demain.

 

Je pourrais

Etre comme un enfant,

Qui vit le moment présent,

Et ne cherche pas à comprendre,

Qui prend juste ce qu’il a à prendre.

 

Je pourrais

Accomplir tous les miracles,

Me retrouver comme au spectacle,

Regarder les clowns s’exhiber,

Et les trapézistes voltiger.

 

Je pourrais

Car j’en ai la capacité,

Etre cet oiseau,

Qui a quitté son roseau,

Car il n’a plus peur de voler.