Le trésor

Un jour, dans un pays très lointain, vivait un prince qui se languissait de ne pouvoir trouver le trésor du royaume dont les mages lui parlaient depuis sa naissance. Il avait exploré mille contrées. Il s’était enquéri du moindre détail de toutes ces histoires qu’il avait entendu. Mais sa quête n’avait pas avancé et il commençait à désespérer. Vient alors un jour où au détour d’un chemin, il recontra un vieux bonhomme. Celui-ci portait une longue robe et aborait une belle et longue barbe. Le prince s’arrêta immédiatement pour lui demander ce qui l’amenait par ces chemins.

 

« Dis mois étanger, que viens tu faire ici par delà nos belles contrées ? »

« Je cherche un trésor mon bon prince »

 

Le mot trésor raisonna à ses oreilles. Lui aussi cherchait un trésor depuis toujours, peut-être que ce vieil homme pourrait l’aider à le trouver. il décida de lui proposer de l’accompagner.

 

« Moi aussi je cherche un trésor, accepterais-tu de me seconder ? a deux nous serons plus fort pour le trouver ».

« Avec joie mon prince, ce sera pour moi un réel plaisir de me joindre à vous ».

 

Et voilà nos deux compagnons sur la route. Quelques kilométres plus loin, les voilà qu’ils tombent sur une jeune fille, blonde comme les blés, arborant une belle robe d’un bleu éclatant.

 

« Dis moi jeune fille, que fais tu sur ces chemins, s’enquérirent les deux hommes »

« Je suis à la recherche du trésor », leur répondit-elle.

 

Nos deux compagnons ne purent s’empêcher de se regarder en marquant un certain étonnement face à cette réponse. Ils décidèrent de lui demander de les accompagner.

 

« Veux-tu nous accompagner, jolie demoiselle, à trois nous serons plus fort et nous aurons plus de chance de mettre la main sur ce trésor ».

« Avec plaisir mes amis, cela sera pour moi une grande joie de voyager à vos côtés », s’empressa-t-elle de leurs répondre.

 

Et voilà nos trois amis en route quand tout d’un coup ils tombèrent sur un arbre. Un arbre assez particulier puisque ses branches donnaient l’impression qu’il voulait se saisir de quelque chose. Ils s’en approchèrent non sans s’en méfier. La jeune fille assez curieuse de nature décida d’en toucher son écorce. Un grognement soudain se fit ressentir comme si elle venait de réveiller un ours en train d’hiberner. Les branches se mirent à bouger dans tous les sens et une grosse voix grave s’adressa à eux.

 

« Etrangers, que venez vous faire dans ces contrées, il n’est pas prudent de voyager seul par ici ».

« Nous cherchons le trésor », répondirent-ils de concert.

« Le trésor mais quelle trésor », demanda l’arbre qui ne voyait pas bien de quoi ils voulaient parler.

« Mais oui, le trésor, celui qui donne la vie, celui qui donne envie de gravir les montagnes, celui qui nous met à l’abri pour les reste de nos jours ».

« Je pense que vous vous trompez de cible, intrépides voyageurs, ce trésor vous le possédez déjà ».

 

A cette réponse à laquelle aucun des trois ne s’attendaient, le prince répondit: « mais rien que nous ne possédions ne ressemblent à un trésor, pourrais-tu nous en dire plus stp ? »

 

A cela l’arbre leur répondit: « Mais regardez autour de vous, tout ce que vous voyez ne s’apparente-t-il pas déjà à un véritable trésor. Admirez ce ciel d’un bleu limpide. Et ce soleil qui vous réchauffe le corps. Et derrière vous, voyez ces champs de fleurs, leurs magnifiques couleurs et ressentez leurs parfums. Toi vieillard, vois tout ce chemin que tu as déjà parcouru, tous ces moments que tu sembles avoir oublié et qui pourtant ont jalonné toute ton existence. Et toi jeune prince, tu as un royaume qui t’attend, des sujets à honorer, offre leur ce que tu as de plus beau en toi et tu verras alors de quel trésor je voulais parler. Et toi belle demoiselle, tu as la vie à tes pieds, prête à éclore comme une fleur s’ouvrant aux premières lueurs du printemps. Profite de chaque instant des belles années que tu es en train de vivre. Trouve toi un gentil mari et fondez une famille.

 

Voici mes amis, le trésor que vous recherchez. Il n’est pas fait de pièces d’or. il est fait de tout ce que vous ferez au cours de votre vie et chacun de ces moment, lorsque vous vous le remémorerez, sera à ranger dans votre coffre aux souvenirs qu’il vous sera possible de rouvrir autant de fois que votre désir se manifestera.

 

A ces mots, les trois compagnons remercièrent l’arbre et s’en retournèrent chacun chez eux, tous satisfait de ce qu’ils avaient entendu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s