Je sais que…

Je sais que tu ES
Loin de tous ces tumultes,
Loin de toutes ces virgules,
Je sais qu’en ton sein,
Je demeure,
Paisible,
Et calme,
Je sais que c’est vers toi,
Qu’il me faut diriger mes pas,
Mais voilà,
Dès que je t’ai trouvé,
A nouveau je ne peux m’empêcher,
De m’enfoncer dans ce bruit,
De perdre tout ce bien acquis.

Ma Prière

Esprit divin,
Qui demeure en moi,
Puissé-je un jour te reconnaître,
Puisses-tu enfin te révéler à moi,
Pour quitter ce manteau de souffrances,
Et renouer avec ce que je SUIS.

Que ma nature divine se révèle au grand jour,
Que la lumière entre dans mon coeur,
Et me foudroie de sa toute grande puissance,

Que je parvienne à accepter ce qui EST,
Tel qu’il EST,
Dans sa beauté et sa perfection,

Nourris moi esprit divin,
De ton amour et de ta grandeur,
Pardonne moi de ne pas encore t’avoir reconnu comme tel,
Pardonne moi de ne pas encore avoir pris conscience de ta présence,

Mon frère n’est pas mon ennemi,
Aide moi à reconnaître en lui sa véritable nature,
Comme j’aspire à reconnaître en moi la mienne,

Que la poursuite de ce chemin,
Se fasse avec foi et conviction,
Que rien ne puisse m’en détourner,
Pour qu’un jour proche,
Je me libère enfin de l’ignorance,
Et des illusions.

Qu’il en soit AINSI.
Et Cela SERA.

Je t’Aime.
Merci.

Pour toi…

Il y a 13 ans,
Je t’ai rencontré,
Sous ton charme,
Je suis tombé,
Mon regard,
Mes pensées,
Sur ton âme,
Se sont posés,
De tes yeux,
Je ne pouvais me détourner.

Chaque jour,
Pour moi,
était une véritable joie,
Chaque jour,
Pour moi,
était une véritable souffrance,
La peur de te perdre,
La peur de te voir t’en aller,
Qu’un jour tu me dises,
Ne plus pouvoir m’aimer.

Et le temps est passé,
Je me suis laissé aller,
J’ai cru que rien ne viendrait conjurer,
Cette union qui nous avait à jamais lié.
Les mois,
Les années,

Et puis un jour,
J’ai du me rendre à l’évidence,
J’avais perdu toute mon avance,
Je m’étais fait rattrapée,
Par le temps,
Par tous ces moments perdus,
Par tous ces instants révolus,

Je m’étais fait emprisonner,
Dans cette petite cage dorée,
Qui se nomme facilité.

Oui,
Tout semblait facile,
Finis les papillons qui frétillent,
On ne se regarde plus,
Parfois même,
On ne se parle plus.
On devient l’un pour l’autre,
Un meuble,
Un bibelot,
un objet de déco,
Auquel on s’est habitué,
Et que l’on ne voit plus changer.

Aujourd’hui,
Je me suis réveillé,
Car cela ne pouvait plus durer,
Aujourd’hui,
Est le premier jour,
Du reste de notre vie,
Aujourd’hui je me suis retrouvé,
Dans la posture où je m’étais figée,
J’ai de nouveau le désir,
Te t’aimer,
De te reconquérir,
D’à nouveau nous sentir vivre,
Et rajeunir,
De retrouver cette flamme d’antan,
Qui faisait de nous,
De merveilleux amants.

Tu es ce qui m’est arrivé de mieux,
Tu es ce qui me rend plus fort,
Tu ne m’a jamais laissé tomber,
Contre vents et marées,
Tu as toujours su résister.

Aimons nous donc,
Comme de vieux enfants,
aimons nous donc,
Comme de jeunes prétendants.
Car la vie est une folie,
Et de cette folie avec toi,
Je veux y passer la vie.
Pour notre plus grand bonheur,
Et notre plus grande joie.

Silence

O toi mon silence,
Ma dulcinée,
Mon âme étincelante.
Je me noie en ton sein,
Je me délecte à ta source,
Tu as à jamais chassé le bruit,
Tu as réservé une place en ton coeur.
O silence,
Imperturbable,
Inerte,
Comme la pluie venant s’égoutter,
Sur le palmier rafraichissant,
J’ai cessé de te chercher.

Je souhaite être heureux mais comment faire ? (2)

MOI: Qui sont ces falsificateurs d’âmes dont tu parles ?
LUI: Sur la terre Cher Enfant, des hommes et des femmes ont perdu tout sens moral et ont anéanti leur seule chance de pouvoir accéder à la vérité parfaite et immuable. Ils ont transcendé ce qui était intranscendable et ont cherché à pervertir le message que j’avais à leur faire passer. Sache que tu as tout en toi pour les reconnaître. Ils t’aideront un moment à avancer mais très vite tu te rendras compte qu’ils ne peuvent pas t’amener très loin. Tu en as déjà rencontré et j’ai vu que tu avais l’oeil et le coeur aiguisé pour les reconnaître. Ne doute pas de ce don que tu as en toi car il t’aidera jusqu’à la fin de ta vie présente.
MOI: Donc si je comprends bien il n’y a que toi que je peux écouter?
LUI: Moi et d’autres qui savent et qui ont compris que Amour sur Terre signifie. ils ont accompli leur mission et se révélant à eux même. A toi de les reconnaître mais sache que certains ont déjà croisé ton chemin et que d’autres le croiseront encore. Mais vole de tes propres ailes car au fond, tu n’as pas besoin d’eux si ce n’est pour un temps. Tu as tout en toi pour te découvrir. Rien n’est laissé au hasard lorsque je t’ai créé. J’ai voulu qu’il en soit ainsi et il en est ainsi.
MOI: Donc, j’ai une mission plus grande que celle de chercher à être heureux?
LUI: Tu as une mission comme chaque être sur cette terre mais à des degrés différents. N’aie crainte, sa révélation ne t’en sera que plus profitable mais d’abord chaque chose en son temps. Tu as d’abord la nécessité de t’ouvrir à la grandeur de qui Je suis. Une fois que tu auras saisi dans quelle monde tu vis, tu découvriras la vrai valeur de Mon message et Il te sera plus facile de Le comprendre et de L’accomplir.
MOI: Donc, mon temps n’est pas encore venu ?
LUI: Tu es le temps et Je suis celui qui te fera signe une fois que tu auras pénétré au plus profond de ton âme Mon message. Tu es en route. Depuis toujours, tu accomplis ta mission et elle te vaudra mille et uns délices une fois que celle-ci aura trouvé tout sens à tes yeux. La vérité ne peut être cachée plus longtemps et très bientôt elle prendra sens en toi.
MOI: Le bonheur que je cherche donc n’est pas le bonheur que toi tu as à me proposer ?
LUI: Ce bonheur tout relatif dont tu parles est insignifiant à Mes yeux tant tu as de plus grands desseins à accomplir. Crois Moi le jeu en vaut la chandelle comme vous dites par chez vous. Tu ne seras pas déçu et tout ce qui t’a semble nécessaire auparavant à accomplir te semblera mièvre par rapport à ce que Je t’ai préparé.
MOI: Merci à toi, je pense que j’en sais assez pour le moment. Le reste viendra je suppose en temps utile.
LUI:Tu as tout compris Cher Frère. Tu es désormais prêt à accomplir ce qui t’a amené ici bas.

Je souhaite être heureux mais comment faire ? (1)

MOI: Bonjour.
LUI: Bonjour mon Ami.
MOI: Comment puis-je trouver le bonheur?
LUI: De quel bonheur parles-tu mon Frère, Celui que je t’offre ou celui que tu t’offres?
MOI: Quel est la différence ?
LUI: Je peux t’offrir ce qu’il y a de plus grand, de plus beau, qui dépasse tout ce que tu as déjà pu expérimenter depuis la nuit des temps. Un bonheur que seul certains élus ont droit de toucher. Mais l’accepteras-tu, pourras-tu renoncer à ce que tu as , à tes croyances pour le rejoindre ?
MOI: Je suis prêt à tout tant j’ai le besoin d’évoluer. Mais il y a toujours un comment à tout préambule ?
LUI: Oui Vous les hommes cherchez toujours à tout comprendre mais je te comprends, c’est légitime. Je vais donc tenter de t’expliquer en tes mots ce que j’attends de toi. Le bonheur est en vérité quelque chose de simple et de compliqué à la fois car il te faut renoncer à tout ce que tu as actuellement pour l’acquérir. il te faute te débarrasser de tes vieilles croyances, jeter aux feu les vieu parchemins qui jadis illuminaient ton ciel et descendre de ton pied d’estale ?
MOI: Descendre de mon peid d’estale ?
LUI: Oui car tu es parvenu à un trône sur lequel seuls les monarques peuvent s’asseoir. Mais ce trône est encore trop grand pour toi. Tu as peur de t’y laisser choir. Mais en vérité je te le dis, il te faudra accepter ce que tu t’es refusé depuis toujours. A savoir d’être sur la ligne conductrice te menant aux ciels majestueux auxquels tu aspires. Ne cherche pas d’autre chemin que celui que je veux t’offrir si tu l’acceptes. Va au loin de tous ces falsificateurs d’âmes que tu as jadis cru.
MOI: Oula, des falsificateurs d’âmes…