Espoir

Cherchons-nous vraiment la paix,
Où cherchons-nous simplement à exister,
Etre visible,
Dans l’invisible,
Etre entendu,
Dans le silence.
Quelle est donc cette quête,
A toujours poursuivre,
Ce qui ne nous convient pas,
Ce qui nous éloigne d’Elle.
Tout est fait,
Pour que nous nous éloignons,
Pour que nous cessions d’espérer,
Pour que nous nous fermions à la vérité.
Pourtant,
Tout est là,
Caché,
Dans la jungle des pensées,
Dans la forêts des bruits.
Mais elle nous fait du bien,
Cette forêt,
On s’y sent protégé,
On s’y sent à l’abris,
A l’abris des autres,
A l’abris de nous-même.
On peut s’y cacher,
S’y laisser glisser,
Derrière une pensée,
Derrière de multiples visages.
Jusqu’au jour,
Où l’un des arbres meure,
Et qu’il faille le tailler,
Alors se dessine une ouverture,
Par laquelle on voit apparaître,
Le premier rayon de lumière.
Soudainement,
Tout ce qui nous paraissait obscure,
Commence à s’animer,
A se dessiner,
Et la confiance s’installe,
La foi grandit,
Qu’il y a autre chose,
Que ce quelque chose,
Que l’on prenait pour vrai.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s