La spiritualité: une fuite ?

Il y a encore peu, je me faisais fort de faire partie du groupe des êtres spirituels. Bienheureux celui qui venait à moi avec des pensées négatives, directement je le cataloguais dans la catégorie des êtres perdus à jamais. Jusqu’à aujourd’hui où je me rends compte que finalement, je suis aussi perdu qu’eux. C’est certain, je ne me drogue pas, je ne fume pas, je ne bois pas, je ne me perds pas en activités nocturnes, je ne passe pas d’une femme à une autre (j’ai déjà assez de mal avec la mienne lol) et enfin je ne me gave pas de boulot pour espérer penser à autre chose. Par contre, ce que je fais bien, c’est juger, la preuve avec ce que je viens d’écrire. Par contre, si je ne m’adonne pas à ces plaisirs issus de paradis perdus, je suis bel et bien devenu le gargantua de la spiritualité. J’en bouffe matin, midi et soir. Je dis bien bouffer car ici pas question de parler de manger. Je me gave d’écrits, de paroles, d’échanges aussi bien que le fermier gaver son oie avant noel. Bref, si je suis sage d’un point de vue mondain, je me perds d’un point de vue spirituel. Je ne suis finalement pas mieux loti que toutes ces personnes que je juge à longueur de journée. Je suis assis dans le même wagon qu’eux si ce n’est que je ne suis pas sur le même siège. La spiritualité est une drogue si on n’y prend gare. Elle peut très vite mener le sujet vers une certaine forme de dépendance. Achat compulsif de livres, vision de vidéos sur le sujet, pratiques de rituels en tous genres, etc. Et tout comme les autres formes de drogues, s’en suit une coupure de la vie quotidienne. On se réfugie dans un autre monde, on se calfeutre, on se met à l’abris. Pas à l’abris du monde mais à l’abris de soi. Car encore une fois, on ne fait rien que se fuir. On a beau critiquer autrui, on ne fait pas mieux qu’eux. Alors, la spiritualité une fuite ? A mon sens oui. Car se réfugier dans une manière de penser, c’est ne pas accepter sa manière de penser. C’est simplement vouloir prendre celle d’un autre comme exemple. Je me rappelle lorsque j’ai fumé pour la première fois, c’était simplement pour faire comme les autres. Ici, je poursuis dans l’imitation sauf que mes poumons restent clean mais ma tête elle ne cesse de s’assombrir. Tout est à mon sens une question d’équilibre. La vie, ce n’est pas seulement exceller dans un domaine. La vie, c’est faire de son mieux dans tous les domaines sans être avare pour l’un d’entre eux. Pour conclure, je dirais que nous sommes beaucoup sur cette terre à vivre par procuration. Nous vivons au travers des autres et nous en oublions ce que nous sommes. Nous cherchons à être ceci ou cela et nous en oublions d’être. Alors finalement, qu’importe le chemin. Nous sommes ici dans un but bien précis: nous comprendre. Et les autres, ceux que nous jugeons à longueur de journée, ils sont également ici avec le même objectif. Chacun à sa manière. Chacun avec les moyens dont ils disposent.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s