Négation de ce qui EST

De tout temps,
L’homme cherche la perfection,
Parfois,
Il croit la frôler,
Mais souvent,
Il la voit s’envoler.
Lorsqu’il s’en approche,
Ou qu’il croit s’en approcher,
C’est là qu’elle lui échappe,
Pourquoi toujours ce besoin,
De vouloir toucher le sublime,
Comme s’il nous était difficile,
D’accepter la réalité,
Comme si elle ne nous satisfaisait pas,
Toujours se sentir emprisonné,
Toujours ce besoin de r^ver,
A un ailleurs,
A une vie sans peur,
Et sans heurts,
Doux chimère,
Que l’éternité enserre,
Et ne lâchera qu’à notre réveil,
De ce long et douloureux sommeil.
Il n’y a point d’illusions,
Il n’existe pas une autre vision,
Il y a ce que je vois,
Ce que j’entends,
Et ce que je sens.
Il y a toute cette beauté,
Qui semble tous nous aveugler,
Comme si la crainte de voir,
Pouvait nous ôter tout pouvoir.
Accepter,
Il n’y a pas d’autre choix,
Nier,
C’est se refuser,
C’est rejeter,
C’est s’éloigner,
De soi,
De la vie,
De la source.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s