Attendre

Plus les jours,
Les heures,
Les minutes,
Et les secondes passent,
Plus je comprends,
Plus je m’aperçois,
De ce mal être qui me ronge,
De cette insatisfaction qui est mienne,
De ce manque d’envie qui me tient.
Oui je prends conscience,
Que j’attends trop de la vie,
Que je voudrais qu’elle change,
Qu’elle s’adapte à ce que je suis,
A ce à quoi j’aspire,
A ce que je voudrais qu’elle soit pour moi.
Dès lors,
Il m’est impossible de reconnaître,
Tout ce qui est déjà là,
Présent autour de moi,
Car j’attends,
Un miracle,
Un changement d’état,
Que quelque chose arrive,
Et me transporte vers un ailleurs,
Que je ne peux même pas localiser moi-même.
Alors oui je comprends,
Mais rien ne change,
Car j’attends toujours,
Et je comprends qu’il ne me faut plus attendre,
Que quelque chose se passe,
Mais en comprenant cela,
Je prends aussi conscience,
Que je suis toujours dans une attente.
Que je regarder vers l’avenir,
Et que j’en oublie le présent.
C’est un peu comme attendre un train,
Sur la quai de la gare,
Scruter le moindre mouvement de rails qui crissent,
D’une locomotive qui vrombit,
Regarder sa montre,
Se rassurer sur les horaires,
Et demeurer,
Encore et toujours plus,
Dans cette attente perpétuelle,
Que quelque chose doit arriver,
Et ainsi passer,
A côté de la vérité,
De l’instant,
Présent.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s