Duel pour un paradis

On veut ceci mais on rejette cela,
On aimerait être quelqu’un d’autre alors que l’on ne se connait pas,
On sourirait bien à la vie mais nos lèvres restent désespérément gercées par la peur.

A quoi bon cette antinomie,
Quand il suffit de réaliser,
Que rien n’est à jeter,
Que tout ce qui nous est offert,
Est un cadeau de la divinité.

Tout ce qui est présent à nos yeux,
ne peut se refuser,
Car comment refuser,
Ce qui est déjà présent.

A quoi bon de pleurer,
Notre vie s’en verrait-elle modifiée.

Tout le monde catégorise,
Entre les J’aime et les J’aime pas.

Pourquoi aimer plus le silence d’un refuge de montagne,
Que le brouhaha d’une ville en ébullition.
La satisfaction se résume-t-elle à une ambiance.

Je préfère le soleil,
Au froid glacial de l’hiver,
Et quand le soleil se pointe,
Je n’ai qu’une envie de le fuir.

L’homme pense tout maitriser,
Comme s’il était le contrôleur du ciel,

On ne fait pas la pluie et le beau temps,
On est la pluie et le beau temps.
On est tout simplement,

Nulle besoin d’être.
Rien ne se refuse,
Tout s’accueille,

Rien ne vient de nous,
Tout est issu de l’absolu,
De l’infini insurpassable force de l’univers,

A quoi bon encore lutter,
Contre cette force invisible,
Alors qu’il suffirait juste de s’harmoniser,
Avec cette merveilleuse vérité.

Et vivre enfin,
Avec paix et sérénité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s