Reflet

Un jour,
Tu as décidé,
Que tu ne pourrais plus jamais t’aimer,
Que désormais il te fallait t’ignorer.

Le miroir,
Qui te faisais face,
A volé en éclats,
Tu ne pouvais plus te supporter.

Tu as tenté de te fuir,
Et de te nuire,
Par tous les moyens,
Pour arriver à tes fins.

Tu les as haï,
Toutes ces personnes,
Autour de toi,
Tu les a fui.

Elle ne représentait plus,
Cet idéal de bonheur que tu te faisais,
Ou pire,
Elles étaient heureuses et tu leur en voulais.

Mais tu as oublié,
que si tu ne pouvais les aimer,
C’est que tu ne t’aimais pas toi,
Que tu avais perdu la foi.

Tu as voulu t’en éloigner,
Pour ne plus devoir supporter,
Ce qui d’elles transparaissaient,
Ce qui d’elles te rendait plus laid.

Pourtant,
Elles sont comme ces milliers de gens,
Ton reflet,
Celui qui jamais ne te plait.

Il ne sert à rien de le refouler,
Il te faut l’accepter,
Car si tu n’aimes pas leur moi,
C’est parce qu’elles te renvoient à toi.

Sache que le jour,
Ou enfin tu décideras de vivre l’amour,
Tout ceux que jadis tu as combattu,
aussi devant toi se mettront à nu.

Vous ne ferez alors plus qu’un,
Vous vivre le même dessein,
Vous aurez éteint le feu,
Vous aurez cessé ce jeu.

Vous pourrez vous regarder,
Tous sans animosité,
Il n’y aura plus de séparation,
Plus qu’une parfaite union.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s