Jeux d’ombres

Evasion en terres inconnues,
En une fois je me trouvais nu,
Certains barbotant dans la marre,
Et moi qui avait le cafard.

Je pensais à cet belle étrangère,
Qui chantait mes louanges comme une vulgaire messagère,
Sans démon ni fortune,
J’irais bien me cacher sur la lune.

Je me suis enfoui sous mon pull rouge,
Là où plus rien ne bouge,
J’ai fermé les yeux et j’ai pensée,
Que si personne ne me voyait je me sentirais moins gêné.

Et quand la bande passait près de moi,
Je sentais que je n’avais plus le choix,
Les rejoindre et devant eu m’immoler,
De ce feu qui ne cessait de me tourmenter.

Ils ont ri et moi j’ai fui,
Je me suis perdu au milieu de la nuit,
Attaché au bord du chemin,
D’un coup je faisais moins le malin.

Seul au milieu de nulle part,
Sans famille, je séchais mes larmes dans le noir,
Ils ont appelé et j’ai résisté,
Je leur ai menti de peur de me faire gronder.

Alors j’ai décidé de jouer,
Et derrière ces masques de me cacher,
Être le pierrot sans sa colombine,
Et de vivre au milieu de mes combines.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s