Suplices et caprices

Nuit,
Eternité du néant,
Comme un ver rempant,
Je déverse mes souffrances à mille lieux du présent.

Eternel,
Dieu saccageur,
Vivant dans la torpeur,
A moitié mort à mes heures.

Rêve d’envol,
De survol,
Libre des paroles,
Et des scènes d’apocalypse.

Atterrir,
Pour ne pas mourir,
S’élever vers le soleil,
Toucher toutes ces merveilles.

Entier,
Vas vers son unicité,
Créateur,
Pour que son oeuvre ne se meurre.

Bâteau errant,
Dans ces tourbillons voguant,
Sombrer au milieu des épaves,
Se noyer dans les volcans de lave.

Brûler,
Se consumer,
Se réveiller en pleine été,
Se dire que l’hiver est enfin passé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s