Surplace

Je tourne en rond,
Je suis pris dans un tourbillon,
J’ai envie de grandir,
Mais quelque chose ne fait que me retenir.

Je suis comme un enfant,
Coincé au milieux de tous ces gens,
Je chercher à me lever,
Mais je ne parviens pas à poser le premier pied.

La frustration monte en moi,
Car quequ’un d’autre me dicte sa loi,
Je le laisse depuis trop longtemps parler,
Quand cessera-t-il enfin de vouloir m’enterrer.

Je suis face à la falaise,
Je voudrais que ces voix se taisent,
Pour prendre enfin mon envol,
Pour enfin décoller du sol.

Des ténèbres je vois la lumière,
Du plus profond des océans je distingue la terre,
Mes frères et mes soeurs m’encouragent,
Au fond de moi ce qui me manque c’est la rage.

Le fruit tarde à se détacher,
Sur la branche il semble bien accroché,
Comme si la liberté lui faisait peur,
Et que quelque chose en lui se meurre.

Face à la grandeur de l’immensité,
La crainte de m’élever reste mon adversité,
Réveiller le torrent bouillant,
Me sauver de ce sommeil pesant.

Quand vais-je donc sortir,
De cette carapace qui me fait souffrir,
Quand vais-je prendre ma vie en main,
Et cesser d’y mettre un frein.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s