Solitude

Prisonnier d’une cage de verre,
Je me traîne à tes pieds,
Oh maudite société.

Prisonnier de tes tentacules,
Tu m’étouffes de tes asservitudes,
Oh maudites habitudes.

A la lisière de la forêt,
Je reste planté droit, je me noie,
Dans le flot de mes pensées, je suis épris de liberté.

Magiques moments de solitudes,
Je ne rêve que d’altitude,
Me retrouver au milieu des oiseaux et me dire que le monde est beau.

Libère toi de tes chaînes,
Libère toi de cette emprise,
Envole toi vers d’autres cieux et touche la main de Dieu.

Je cherche du silence dans le bruit,
De la vie dans ce monde que je fuis.

Accepter

Ne plus chercher à être,
Ne plus chercher à vouloir changer ce monde,
Ne plus aspirer à modifier les êtres,
Juste se poser et ne plus paraître.

Accepter ce qui est,
Parce que la fuir c’est s’y opposer,
Communier avec les deux facettes de la pièce,
Car l’une ne peut exister sans l’autre.

Le grand a besoin du petit,
Le beau a besoin du laid,
Le mal est nécessaire au bien,
L’ignorance rend possible la vérité.

Pour que la vie ne soit plus une souffrance,
Pour que notre monde devienne un paradis,
Pour ne plus faire de différences,
Pour cesser de dire: je pense…