L’ombre qui me suit

Pourquoi ne puis je pas être cette lumière,
Pourquoi suis-je sous l’emprise de sa loi,
Quand va-t-il me laisser,
Ce second visage que je ne veux plus regarder.

A chaque instant, je le sens prêt à surgir,
Comme un lion bondit sur sa proie,
Il n’attends que moi pour être tout à sa joie,
Une fois encore, je ne peux le fuir.

Tapis dans l’ombre,
Il se tient prêt à me happer,
Et si j’ai beau l’incriminer,
C’est cela qui le nourri.

Dois-je en faire mon ami,
Où l’aimer comme mon ennemi,
En faire un membre de ma famille,
Et l’accueillir avec le sourire.

Publicités

Une réflexion sur “L’ombre qui me suit

  1. oui, nicolas
    et avec les plus grands égards, en le regardant faire, simplement, sans réagir.
    Alors il saura/comprendra que c’est toi qui tient la place,
    que c’est toi le chef du lieu,
    et à la longue, il se lassera.
    amitié.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s