Vivre et se laisser souffrir

Plongé dans les limbes de cette nuit obscure,
Inondé par les torrents de cette maudite cassure,
Je me dissimule sous cette carapace,
Acceptant de répondre par la grimace.

Je leur offre mon plus beau sourire,
Pour qu’ils n’aient pas envie de partir,
Je les regarde droit dans les yeux,
Afin qu’ils pensent que je suis heureux.

Mais au-delà de ces apparences,
C’est tout seul que je souffre en silence,
Je ne suis qu’un être timoré,
Qui jouit d’être pris en pitié.

Tous ces regards qui me scrutent,
S’ils savaient les braves comme j’éructe,
De les savoir comme prisonnier,
De cette vie qui nous a tous tant brisé.

Enfant je ne cherchais pas à comprendre,
Me servant de tout ce qui était bon à prendre,
Mais une fois me sentant humilié,
Tel un navire je me suis mis à sombrer.

Sortant de cette pénombre,
Fuyant le plus possible mon ombre,
La valse des ces malfaisants a continué,
Au milieu de moi ils se sont mis à danser.

Alors cherchant cet équilibre,
J’ai cru parfois me sentir libre,
Mais c’était sans ignorer,
Toutes les balles qui m’avaient déjà transpercées.

Puissé je un jour me réveiller,
Et ne plus jamais y penser,
Qu’un jour le monde m’a trahi,
Depuis ne me sentant plus à l’abris.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s