Lueur

Loin de la nuit que ma raison ne cesse d’invoquer,
Je me joins aux éléments et tente de vivre l’instant présent.
Je tente de m’abandonner à la raison de l’être,
Et me fraye un chemin au travers des divagations de l’esprit.

S’enrhumer de la chaleur suffocante du désert.
Trouver une oasis et pouvoir se rassasier à sa source,
Se coucher et contempler les étoiles.
S’émerveiller à la lueur de la lune claironnante.

Mourir au jour qui tombe.
Se leurrer de ce que le lendemain pourrait nous apporter,
Se réveiller aux premières lueurs de l’aube.
Et me perdre sur ce chemin que les sens ne peuvent emporter

Vague à l’âme, tu te noies dans l’horizon.
Tes intentions ne sont que destructrices,
L’avalanche de tes mots qui s’abattent sur moi,
Me figent comme un rocher au milieu d’une mer agitée.

Plonger dans le ruisseau ce corps meurtri,
Le nettoyer et le panser de ses plaies,
Lui donner une nouvelle jeunesse,
Au-dessous des couches qui s’étaient accumulées.

La victoire est à ce prix.
La mort en est le risque.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s