Chemin

Si l’oiseau s’envole à ta venue,
Si la feuille se déplace sous tes pieds,
Si tu sens le froid brûler te la peau,
Si l’escargot s’en retourne dans sa coquille,
Si l’herbe cesse de repousser après ton passage,
Si la marée monte à chaque déluge,

Ami, c’est que tu t’égares du chemin

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s