Blanc, noir ou les deux à la fois ?

Tu es moi, cet être de lumière qui n’attends que de pouvoir s’exprimer sur la nature profonde de l’amour qu’il porte en lui. Tu es celui qui ne demande qu’à aimer tous les hommes sans distinction qu’ils aient été tes amis ou tes ennemis. Je crois en cette flamme qui brille à l’unisson et qui ne s’éteindra que le jour où chaque âme aura enfin trouvé le repos éternel.

Je suis toi, cet être des ténèbres qui a chaque instant peut sombrer dans les abîmes de la folie prêt à tout détruire sur son passage et à nier même l’existence de tout amour et compassion. Je vis avec cette obscurité qui me plonge dans une nuit qui n’en fini plus et dont il m’est impossible de sortir au risque de me brûler les ailes à la lumière du jour.

Je suis noir, je suis blanc. Je suis les deux à la fois. Pour qu’il y ait noir, il faut blanc. Pour qu’il y ait blanc, il faut noir. L’un ne peut être l’autre. L’autre ne peut être l’un. L’un ne peut aller sans l’autre. L’autre ne peut peut aller sans l’un.

Pour qu’il y ait la vie, il faut la mort. Pour qu’il y ait la mort, il faut la vie.

Le bonheur et la souffrance sont à eux seuls la vie et la mort de chaque être.

Car ce qui est est et ce qui n’est pas n’est pas

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s