Combat intérieur

La mort se raccroche à la vie,
Comme une fleur se raccroche à la terre,
L’un ne peut être l’autre,
L’un et l’autre sont.

Les larmes peuvent jaillir,
Mais jamais elles ne pourront me guérir,
Il ne sert à rien de s’appesantir,
Un jour, il me faudra bien agir.

Je reste là malgré moi,
A contempler le champ de mes batailles,
Je perds peu à peu mes forces,
Mais en aucun cas je ne peux renoncer.

Je ne suis pas ce preux chevalier,
Qui part en guerre envers et contre tous,
J’ai trop peur de la guerre,
Des éclats de balles qui pourraient me transpercer.

Je cherche une terre fertile,
Ou planter les graines du devenir,
Un terreau malléable,
Que je pourrai arroser chaque jour.

Ainsi je pourrai m’allonger,
Et enfin respirer,
Retrouver ce repos du guerrier,
Pouvoir m’abandonner.

Publicités

Une réflexion sur “Combat intérieur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s