Les pensées

Comme un oiseau volant au firmament du ciel,
Les pensées s’élèvent et ne retombent pas,
Passant au-delà des nuages,
Elles se confondent et brillent à la lumière du soleil.

Telles des brassées d’eau coincées dans les cieux,
Elles s’évaporent à la chaleur du soleil,
Laissant retomber de fines gouttelettes d’eau,
Sur les terrains fertiles de notre esprit.

Ainsi elles s’enfoncent dans le sol,
Et disparaissent au contact de la terre,
Ne portant en elles,
Que la présence de l’infiniment illusoire.

Vivre à leurs contacts,
C’est vivre aux côtés d’un mirage,
Quand on s’approche de lui,
Il s’éteint comme un phare juché dans la nuit.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s