Mon père

Je porte son nom,
Je suis son visage,
Son sang coule dans mes veines,
Ses espoirs sont mes espoirs.

Souvent on nous compare,
Souvent on nous associe,
Il en sourit, j’en souris,
Je suis flatté, lui ne souffle mot,

Quand il souffre, je souffre,
Quand il pleure, je pleure,
S’il n’est pas heureux, comment puis-je l’être,
S’il n’est pas vivant, autant être mort.

Jour et nuit, je le cherche,
Nuit et jour, il est absent,
Il est là sans être là,
Il est présent sans être présent.

Avec lui, je ne parle pas d’amour,
Avec lui, je ne parle pas de nous,
Le jour ne s’est jamais levé,
Mais le crépuscule de mes regrets est immense

Aucune rancœur, aucune animosité,
Je ne peux le déstester, je peux que l’aimer,
Car un père reste un père,
Autant qu’un fils demeure un fils.

Publicités

Une réflexion sur “Mon père

  1. « … Prenez la main d’une personne qui connaît la pratique de la marche méditative. Regardez chaque feuille, chaque fleur, les oiseaux et les gouttes de rosée. Si vous pouvez vous arrêtez et regarder profondément, vous pourrez reconnaître ceux que vous aimez qui ne cessent de se manifester sous de multiples formes. Vous retrouverez la joie de vivre. » …
    Extrait de « Il n’y a ni mort ni peur » de Thich Nhat Hanh – paragraphe « retrouver un être cher qu’on a perdu » -page 15 à 17…

    De tout coeur avec toi, cher Fleur de Lotus
    MuttiFree

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s