Sila (les entraînements) – Samadhi (la concentration) – Prajna (la vision profonde)

Sourire radieux. Air paisible. Visage serein. Voix douce. Parole aimante.Il n’y a pas assez de qualificatifs existant pour rendre compte de l’impression laissée par ma rencontre avec Thich Nhat Hanh.

Samedi, arrivée à la Maison de la Mutualité 1h30 avant le début de la première conférence. Après un rapide tour des échoppes, installation dans la salle. Un décorum solennel a été installé. Les moines et moniales font leur apparition l’un après l’autre. Des chansons retentissent. Des voix autour de moi s’élèvent. C’est sûr, certains connaissent déjà les airs par cœur. Des sons de cloches retentissent. Thây fait son apparition. L’assemblée se lève pour saluer comme il se doit le vénérable maître zen. Des textes sont lus. Des mélodies sortent par unisson. Une méditation assise est guidée par Thây lui-même. L’enseignement peut commencer. Celui-ci porte sur les 5 entraînements à la pleine conscience. Des paroles simples. Des mots justes. Tel est le secret de cet homme qui a tout connu, les affres de la guerre jusqu’aux joies de l’illumination.

Dimanche matin, rendez-vous est fixé sur une grande artère parisienne.La paix en soi, la paix en marche, tel est le leitmotiv de tout un chacun qui a décidé de participer à la marche méditative organisée par Thây en personne. Le maître donne ses indications. La foule est nombreuse et malgré le silence respecté par tous, le brouhaha de la ville nous empêche de l’écouter distinctement. La marche prend son envol. Qu’importe le nombre, l’intention et la motivation de chacun sont bonnes et là est l’essentiel. Thây est présent à nos côtés même s’il se trouve quelques centaines de mètres plus en avant. Il est notre berger et tel un père, il veille sur nous.

Retour l’après-midi pour le second enseignement. Ce dernier porte sur la peur, les perceptions erronées, la vie, la mort et tout ça en pleine conscience. Car Thây ne cessera de le répéter. Ce qui prime, c’est de respirer et de vivre en pleine conscience de ses actes, paroles et pensées. Cela doit être une pratique quotidienne de tous les instants. Elle seule peut nous permettre d’avancer sur le chemin.

Merci à toi Thây pour toutes tes paroles emprunte de sagesse. Merci pour ton amour et ta compassion. Merci de nous donner de l’enseignement du Bouddha.

Une fleur de lotus pour toi !

Publicités

Une réflexion sur “Sila (les entraînements) – Samadhi (la concentration) – Prajna (la vision profonde)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s